Conclusion

Nous n'avons pas de réelles certitudes sur la provenance du goût sucré dans les molécules sucrantes, cependant grâce à l'étude de celles-ci nous pouvons voir qu'il existe un noyau à forme héxagonal présent dans chacune d'elles. Ce noyau pourrait être la cause de l'arôme  qui nous donne un si grand plaisir : le "sucre". Et la quantité de ces noyaux présents dans les molécules influeraient sur le pouvoir sucrant et le ressenti.

Nous savons par contre que, quelque soit la saveur que l'on goûte, la langue, à travers les différentes papilles et bourgeons gustatifs, est l'organe qui la perçoit et elle joue un rôle majeur dans le ressenti que nous avons.

Mais le goût n'est pas un simple sens dans lequel seule la langue intervient, en effet nous avons vu que d'autres sens entrent en compte (odorat, vue et toucher) pour la perception des arômes et que tout ceci suit un trajet dans le cerveau pour atteindre deux zones : les aires des sens (aire gustative, olfactive, visuelle) qui permettent le ressenti réel et les zones de plaisir, d'émotions et de mémoires.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site